Croc-Blanc

3097126999_1_5_lcQlbO58.png

13705159_1567575843547486_502400235_n« Quelle que fût cependant sa force physique et morale, Croc-Blanc souffrait d’une faiblesse de caractère insurmontable. Il ne pouvait supporter de voir rire de lui. Le rire humain était à son idée une chose haïssable. »

Auteur : Jack London

Année : 1906

Editeur : Folio Junior

Nombre de pages : 368

Histoire : « Fils d’une louve et d’un chien de traîneau, Croc-Blanc grandit dans le Wild, le grand désert blanc. Il y apprend sa dure loi : manger ou être mangé. Sa rencontre avec les hommes, les dieux faiseurs de feu, sera décisive. Il se soumet d’abord à l’autorité de l’Indien Castor-Gris, et devient chien de traîneau. Mais un autre maître, Beauty Smith, sanguinaire et brutal, l’engage dans des combats sans merci et réveille en lui toute la sauvagerie du Wild. Du loup ou du chien, lequel de ses instincts finira par l’emporter ? »

000JSi vous commencez ce livre, il y a des chances que vous n’arrivez plus à en décrocher.

On ne fait pas la connaissance de Croc-Blanc tout de suite. L’histoire commence avant sa naissance et il faut attendre quelques chapitres avant de le voir apparaître.

En premier lieu, on remarque que la nature occupe une place importante dans l’histoire. Elle va faire connaître à Croc-Blanc les lois impitoyables de la survie en le mettant à l’épreuve. Le Grand Nord ne va pas lui faire de cadeaux, déjà en faisant de lui le seul survivant de la portée, puis l’obligeant à se débrouiller seul dans cette nature immense et acharnée. Une chose est sûre, ici c’est la loi du plus fort qui domine. Croc-Blanc apprends donc à vivre dans le monde. Un monde à la fois beau et dangereux, avec des règles complexes.

Son premier contact avec l’homme sera avec les Indiens chez qui il est recueillis. C’est ici qu’il va commencer à forger son caractère et qu’il va connaître la violence de l’homme, mais aussi des autres animaux.

Croc-Blanc va très vite comprendre le sens des mots « cruauté », « injustice » et « insensibilité. ». London dépeint principalement la face sombre des êtres humains : Les Indiens violents et cupides qui vendront Croc-Blanc à un homme tout aussi cruel. Ce dernier entraînera Croc-Blanc aux combats de chiens où la loi du plus fort règne à nouveau. Et puis arrivera enfin celui qui deviendra l’ange gardien de Croc-Blanc et qui va lui offrir le bon côté de sa nature d’homme, mais il sera difficile pour Croc-Blanc de reprendre confiance en l’humain.

J’ai aimé le fait que nous voyons la représentation du monde et des humains à travers les yeux de Croc-Blanc, Jack London s’est surpassé pour cela. On se met très facilement dans la peau du jeune loup, on partage ses émotions, on ressent sa haine, ses craintes, on a envie de mordre ceux qui lui font du mal, on se sent tout aussi minuscule que lui dans cette nature sans pitié.

Le livre dégage un profond humanisme. C’est une histoire bouleversante et touchante où l’homme et l’animal finissent par tisser des liens, où le loup ayant basculé dans la haine renaît dans l’amour. Il démontre par la même occasion que même si le loup est un animal craint, il n’est pas la bête sanguinaire que l’on imagine, et que la vraie menace n’est autre que l’homme. Un grand classique à lire au moins une fois.Capture d’écran (205)20190126_180002