L’apiculteur d’Alep

0T

13705159_1567575843547486_502400235_n

« En dépit de notre expension […] je continuais à m’occuper des abeilles. Il me faisait confiance. Il prétendait que j’avais une sensibilité particulière, que je comprenais leur rythme et leurs moeurs. Il avait raison. J’avais appris à les écouter et je leur parlais comme si elles formaient un seul organisme doté d’un coeur battant. »

Auteur : Christy Lefteri

Année : 2020

Editeur : Seuil

Nombre de pages : 320

Histoire : « Nuri est apiculteur, sa femme, Afra, est artiste. Ils vivent tous deux avec leur jeune fils, Sami, dans la magnifique ville d’Alep, en Syrie. La guerre éclate et ravage tout, jusqu’aux précieuses ruches de Nuri. Et l’inimaginable se produit. Afra ne veut plus bouger de sa chambre. Pourtant, ils n’ont pas le choix et Nuri déploie des trésors d’affection pour la convaincre de partir. Fous de douleur, impuissants, ils entament alors un long périple où ils devront apprendre à faire le deuil de tout ce qu’ils ont aimé. Et apprendre à se retrouver, peut-être, à la fin du voyage, dans un Londres où les attendent des êtres proches. Pour reconstruire les ruches et leur vie. »

000J

Nous suivons l’histoire du point de vue de Nuri, un apiculteur syrien vivant à Alep. Lorsqu’il était plus jeune, son cousin Mustafa lui apprit le travail d’apiculteur, domaine dans lequel Nuri s’épanouissait. Nuri vivait une vie simple et heureuse, avec sa femme Afra qui vendait ses tableaux, et leur fils Sami. Peu à peu, les troubles s’aggravent et un jour, Nuri et Mustafa retrouvent leurs ruches détruites. D’autres événements dramatiques vont survenir, et cela va les conforter, eux et leurs proches, à quitter la Syrie, dont la situation ne cesse de s’aggraver. Mustafa et sa famille vont y parvenir. Nuri va d’abord devoir convaincre sa femme endeuillée de quitter leur maison. Il va lui apporter chaque jour des objets cassés et abandonnés qu’il trouve, lui décrire les ravages de la guerre, mais rien n’y fait… Jusqu’au jour où sa rencontre avec des soldats ne leur laisse plus le choix.

L’histoire alterne entre leur situation en Angleterre et le chemin parcouru pour y parvenir. Un voyage dangereux, long et éprouvant. Nuri est un personnage touchant qui tente du mieux qu’il peut de motiver et rassurer Afra, qui perd peu à peu goût à tout. Il se montre optimiste et courageux, bien qu’il soit lui-même plein d’inquiétudes. Entre la pension en Angleterre et le camps de migrants à Athènes, Nuri rencontre d’autres réfugiés, ce qui nous permet de découvrir leur destin tragique. Et alors qu’il se trouve à Athènes, il va vite prendre conscience de la face sombre de certains individus aux pratiques immorales. Au cours de son voyage, Nuri va pouvoir échanger des messages avec son cousin Mustafa, chacun faisant part de sa situation à l’autre.

Entre sa vie d’avant, l’existence difficile dans les camps et sa lutte pour rejoindre l’Angleterre avec sa femme sains et saufs, rien ne nous ai épargné. Comme je l’ai dit plus haut, Nuri est un personnage touchant qui attise le respect et la sympathie. Son amour pour sa femme est admirable, il fait tout pour la protéger, la préserver et lui faire plaisir malgré leur situation. Tous deux forment un couple solide face aux épreuves. Chacun espère pouvoir enfin voir la lumière au bout de ce tunnel sombre. Il y a des moments touchants, révoltants, mais aussi beaucoup d’espoir qui découle de ce roman. 

L’autrice a une jolie plume pleine de métaphores poétiques, elle arrive à nous transmettre les émotions de ses personnages et on se retrouve facilement transporté par l’histoire.

Un grand merci aux éditions du Seuil pour l’envoi.

3217370007_1_2_KUHvKNKD3217370007_1_2_KUHvKNKD

Tu comprendras quand tu seras plus grande

ddd

13705159_1567575843547486_502400235_n « Ils sont tous réunis dans la salle de vie commune. Assis en rangs, comme le jour où ils m’ont été présentés. Je m’étais demandé comment j’allais faire pour retenir tous ces prénoms. A présent, je me demande comment je vais faire pour les oublier. »

Auteur : Virginie Grimaldi

Année : 2017

Editeur : Le Livre de Poche

Nombre de pages : 473

Histoire : « Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme. Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire. »

000JC’est le premier livre que je lis de cette auteure, et bien j’en ai eu pour mon grade ! Quelle superbe découverte.

La vie de Julia n’est qu’une succession de tragédies : son père vient de mourir, sa grand-mère a fait un AVC et elle s’est séparée de son petit-ami. Afin de tenir le coup, elle répond à une annonce pour un CDD afin de remplacer une psychologue dans une maison de retraite à Biarritz, sa ville natale. Elle quitte alors Paris et une fois arrivée aux Tamaris, elle ne se doute pas à quel point sa vie va être à nouveau bouleversée. Au début, elle est très réticente à l’idée de travailler dans une maison de retraite. Elle a peur de s’ennuyer et pense que les vieilles personnes n’ont rien d’intéressant à lui raconter. Pourtant, Julia va apprendre à connaître chacun d’eux et finira par s’attacher à ces vieilles personnes, qui sont toutes différentes des unes et des autres. On y rencontre Gustave le farceur, Léon le ronchon et le gang des mamies (ce nom me fait toujours autant rire) avec Louise, Elisabeth, Rosa, Miss Mamie, Lucienne et j’en oublie. Tout ce beau petit monde va donner à Julia (et à nous, lecteurs) une véritable leçon de vie.

Il y a beaucoup d’humour, j’ai rarement autant ri en lisant un livre, c’est rafraîchissant et tout en douceur. A certains moments j’ai aussi senti mes yeux picoter. Julia est un personnage attachant qui a subi un traumatisme, et qui va devoir se reconstruire petit à petit. Heureusement, elle peut compter sur les retraités chez qui elle va trouver une seconde famille, mais aussi sur ses nouveaux collègues. Les étapes de la vieillesses et ses conséquences sont traitées avec humour et sensibilité, et chacun a une histoire à raconter. Auprès de ces vieilles personnes, Julia va apprendre à saisir tous les petits bonheurs que la vie peut lui donner et à faire la paix avec son passé. Cette expérience va immanquablement la faire grandir.

Ce livre est remplit de vérités, d’humour, d’humanité et de douceur. A la fin nous ne voulons plus quitter tous ces petits vieux et continuer à partager leur quotidien. Lorsqu’on referme ce livre, on a qu’une envie : se délecter des petits plaisir de la vie. Cela montre également un autre visage des maisons de retraites et des vieilles personnes. Je me suis régalée lors de cette lecture, c’est même un petit coup de coeur qui m’a donné envie de découvrir les autres livres de Grimaldi. Je vous le conseille fortement.

3217370007_1_2_KUHvKNKD20181024_131322