La tempête des échos : le final de la Passe-Miroir

large (1).jpg

13705159_1567575843547486_502400235_n

« Ophélie s’abandonna contre lui sans plus réfléchir. Elle écouta les battements furieux de son cœur. Elle aimait qu’il fût si grand et qu’elle fût si petite. Il la submergeait tout entière comme une vague. »

Auteur : Christelle Dabos

Année : 2019

Editeur : Gallimard Jeunesse

Nombre de pages : 565

Histoire : Le monde est sens dessus dessous. L’effondrement des arches a bel et bien commencé. Une seule solution pour l’enrayer : trouver le responsable. Trouver l’Autre. Mais comment faire sans seulement savoir à quoi il ressemble ? Ophélie et Thorn se lancent ensemble sur la piste des échos, ces étranges phénomènes qui semblent la clef de toutes les énigmes. Ils devront explorer plus en profondeur les coulisses de Babel ainsi que leur propre mémoire. Et pendant ce temps, sur Arc-en-Terre, Dieu pourrait bien obtenir le pouvoir qu’il convoite tant. De lui ou de l’Autre, qui représente la plus grande menace ?

000J

Ahhh la Passe-Miroir… Une saga qui fait beaucoup parler ces derniers temps avec la sortie du dernier livre. J’avais omis de rédiger une chronique sur les tomes précédents, shame on me. Je me rattrape au moins avec celui-ci. 

Nous retrouvons Ophélie juste après les aventures du 3ème tome sur l’arche de Babel. Les effondrements des arches se multiplient et de plus en plus de personnes sont portées disparues. En raison des effondrements, il y a de moins en moins de place sur Babel et tous les étrangers sont donc invités à quitter l’arche. Au milieu de ce chaos, Ophélie et Thorn sont plus motivés que jamais à percer les secrets de Dieu et de l’Autre.

Quel plaisir de retrouver cet univers unique et fabuleux. Je suis complètement fan des aventures d’Ophélie, dont l’histoire se complexifie encore plus dans ce dernier tome. Et il faut s’accrocher, car de la complexité il y en a ici ! J’avoue que j’ai eu parfois du mal à m’y retrouver, particulièrement en ce qui concerne l’Endroit et l’Envers, et cette histoire d’échos.

On a droit à un bon nombre de révélations, et on rencontre de nouveaux personnages intéressants. Je suis d’ailleurs assez déçue que les personnages secondaires, qui sont tout aussi importants et attachants, n’aient pas été mis en avant dans ce dernier tome, alors qu’ils l’étaient bien plus dans les précédents. Mais j’imagine que c’était pour l’autrice un meilleur moyen de se concentrer sur l’histoire principale qui était déjà assez complexe et fourmillant de détails. 

Je suis également un petit peu déçue de ne pas avoir eu plus de moments entre Thorn et Ophélie. Alors oui, le but de l’histoire n’est pas de se concentrer sur la romance, mais c’est assez rare que j’accroche autant à un couple et c’est vrai que j’aurais aimé voir plus de choses entre eux. 

Mais une fois de plus, il se passe tellement de choses dans ce tome ultime, tellement d’informations à enregistrer, tellement de révélations, que l’autrice a sans doute voulu privilégier certaines choses, et d’ailleurs j’ai eu parfois l’impression de perdre pied avec toute cette accumulation. Mais ça ne m’a pas empêché de passer un bon moment à avoir le cerveau torturé par l’intrigue.

Nous avons droit à une fin ouverte qui ne m’a pas complètement convaincue, et c’est ce qui m’a un peu refroidie. Mais bon, c’était le choix de l’autrice et nous n’y pouvons rien. Malgré ces quelques petits aspects qui m’ont peu froissée, j’ai été satisfaite de ce dernier livre.

Je suis vraiment triste de me dire que c’est fini, qu’il n’y aura plus de suite… J’ai adoré cette quadrilogie qui est juste exceptionnelle ! Un univers d’une richesse incroyable, des personnages hauts en couleurs, attachants, complexes, mystérieux, atypiques. J’ai adoré le personnage d’Ophélie et voir son évolution au fil des tomes, mais également Thorn, Archibald, Renard, Ambroise et bien d’autres. J’ai adoré le couple que forment Ophélie et Thorn, même si au début c’était pas gagné ! Ils vont terriblement me manquer, c’est tellement rare que j’accroche autant avec le couple principal de l’histoire. Je ne pourrais jamais les oublier.

Une superbe saga s’achève mais elle restera irremplaçable dans ma vie de lectrice. Je compte d’ailleurs, un jour, relire tous les livres de la Passe-Miroir. Je vous conseille vivement cette saga, sérieusement foncez, vous n’allez pas regretter ! Merci Christelle Dabos, ce fut un voyage inoubliable.

Capture d’écran (205)20190126_180002

Chroniques des Cinq Trônes – Tome 1 ~ Moitiés d’âme

59457751_2457984294268757_3323261237684338688_n.jpg13705159_1567575843547486_502400235_n

« La loyauté était dans l’ordre naturel des choses. Elle régnait chez les animaux. Et même chez les monstres. Il n’y avait qu’avec les Humains qu’elle semblait si rare. »

Auteur : Anthelme Hauchecorne

Année : 2019

Edition : Gulf Stream 

Nombre de pages : 524

Histoire : « La mägerie n’obéit qu’à un seul principe : elle ne peut s’exercer qu’à deux. Liutgarde le sait. Elle a pourtant fui Ortaire, l’époux qui lui avait été imposé, renonçant ainsi à son pouvoir. Exilée au nord des terres, elle serait morte sans l’aide des caravaniers et de Rollon, un mäge à l’esprit torturé. Épris l’un de l’autre, Liutgarde et Rollon se déplacent en roulottes avec leur communauté dans l’hostile forêt de la Sylverëe, ancien royaume des Faëes de l’Hiver. Mais l’équilibre de cette vie en cavale va complètement basculer, les obligeant l’un et l’autre à régler les dettes de leurs vies antérieures. Car dans ce monde tout se sait et tout se paie un jour. Leur pouvoir et leur amour suffiront-ils à les protéger ? »

000J

Premier livre que je lis de cet auteur, et bien je dois dire que je n’ai pas été déçue !

Dans un univers où Quatre Cours à l’effigie des Quatre Saisons règnent, un univers où les Humains et les Faëes se sont déchirés par la guerre, nous suivons Liutgarde, Rollon ainsi que toute leur troupe qui voyagent chacun en caravanes. Liutgarde a fui le mari qui lui avait été imposé dans le but que la jeune fille puisse l’aider à renforcer ses pouvoirs. A ses côtés, Liutgarde est accompagnée par son amant Rollon, un mäge qui fut banni par le ministère de la mägerie. Parmi eux se trouve d’autres caravaniers : Rénard, Pirine, Griche, Muse, Diane, maître Cernault… Chaque caravaniers a une histoire et un caractère qui lui est propre. Tout ce petit monde est réfugié dans la Sylverëe, une forêt qui fut le dernier refuge des Faëes.

La vie n’est pas facile, c’est dans le décor hivernal de cette forêt impitoyable que nos protagonistes tentent de survivre du mieux qu’ils peuvent. Jusqu’au jour où Liutgarde, lassée de cette existence rude, tend à revenir vers l’ancien Royaume du Printemps. Mais cela va la confronter à des révélations vis-à-vis de Rollon, elle va se rendre compte que l’homme qu’elle aime et qui l’a sauvée n’est pas celui qu’elle croyait, et à cela va s’enchaîner des événements terribles.

Niveau personnages, j’ai beaucoup aimé Liutgarde. Je l’ai trouvée attachante et je partageais avec elle toutes ses émotions comme si je les vivais moi-même. Elle est intelligente, soucieuse des autres, elle a de la répartie, sait se montrer digne, et peut aussi révéler un fort caractère…. Et j’ai également eu beaucoup d’affection pour un des caravanier, Griche, ce forgeron têtu, ronchon et bourru mais avec un grand coeur, ainsi que pour le Capitaine.

Chaque personnage, même secondaire, a un rôle à jouer. Tous ont une profondeur, même ceux qu’on peut détester. Et c’est un des points fort de ce livre : les personnages sont réalistes, ce n’est ni tout noir ni tout blanc. En y réfléchissant, on se rend compte que même ceux qui nous paraissent insupportables ne sont en réalité que le fruit d’un événement passé. 

Tout se passe dans un milieu enneigé somptueux mais avec une ambiance sombre. L’action s’enchaîne au fur et à mesure des pages, on n’a pas le temps de s’ennuyer et on se demande à quelles autres révélations nous allons être confrontés. De plus, le fait que les humains ne puissent exercer la mägerie qu’à deux ajoute une complexité que je trouve intéressante. 

C’est vraiment un univers qui donne envie d’y plonger et d’en découvrir davantage, je n’ai même pas vu passer ces plus de 500 pages. La plume de l’auteur m’a conquise, et bien sûr j’ai vraiment hâte de lire la suite lorsqu’elle sortira.

3217370007_1_2_KUHvKNKD20181024_131322