Tu comprendras quand tu seras plus grande

ddd

13705159_1567575843547486_502400235_n « Ils sont tous réunis dans la salle de vie commune. Assis en rangs, comme le jour où ils m’ont été présentés. Je m’étais demandé comment j’allais faire pour retenir tous ces prénoms. A présent, je me demande comment je vais faire pour les oublier. »

Auteur : Virginie Grimaldi

Année : 2017

Editeur : Le Livre de Poche

Nombre de pages : 473

Histoire : « Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme. Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire. »

000JC’est le premier livre que je lis de cette auteure, et bien j’en ai eu pour mon grade ! Quelle superbe découverte.

La vie de Julia n’est qu’une succession de tragédies : son père vient de mourir, sa grand-mère a fait un AVC et elle s’est séparée de son petit-ami. Afin de tenir le coup, elle répond à une annonce pour un CDD afin de remplacer une psychologue dans une maison de retraite à Biarritz, sa ville natale. Elle quitte alors Paris et une fois arrivée aux Tamaris, elle ne se doute pas à quel point sa vie va être à nouveau bouleversée. Au début, elle est très réticente à l’idée de travailler dans une maison de retraite. Elle a peur de s’ennuyer et pense que les vieilles personnes n’ont rien d’intéressant à lui raconter. Pourtant, Julia va apprendre à connaître chacun d’eux et finira par s’attacher à ces vieilles personnes, qui sont toutes différentes des unes et des autres. On y rencontre Gustave le farceur, Léon le ronchon et le gang des mamies (ce nom me fait toujours autant rire) avec Louise, Elisabeth, Rosa, Miss Mamie, Lucienne et j’en oublie. Tout ce beau petit monde va donner à Julia (et à nous, lecteurs) une véritable leçon de vie.

Il y a beaucoup d’humour, j’ai rarement autant ri en lisant un livre, c’est rafraîchissant et tout en douceur. A certains moments j’ai aussi senti mes yeux picoter. Julia est un personnage attachant qui a subi un traumatisme, et qui va devoir se reconstruire petit à petit. Heureusement, elle peut compter sur les retraités chez qui elle va trouver une seconde famille, mais aussi sur ses nouveaux collègues. Les étapes de la vieillesses et ses conséquences sont traitées avec humour et sensibilité, et chacun a une histoire à raconter. Auprès de ces vieilles personnes, Julia va apprendre à saisir tous les petits bonheurs que la vie peut lui donner et à faire la paix avec son passé. Cette expérience va immanquablement la faire grandir.

Ce livre est remplit de vérités, d’humour, d’humanité et de douceur. A la fin nous ne voulons plus quitter tous ces petits vieux et continuer à partager leur quotidien. Lorsqu’on referme ce livre, on a qu’une envie : se délecter des petits plaisir de la vie. Cela montre également un autre visage des maisons de retraites et des vieilles personnes. Je me suis régalée lors de cette lecture, c’est même un petit coup de coeur qui m’a donné envie de découvrir les autres livres de Grimaldi. Je vous le conseille fortement.

3217370007_1_2_KUHvKNKD20181024_131322

Into the Wild : L’histoire de mon frère

000J.png

13705159_1567575843547486_502400235_n« Il leur avait écrit un long courrier détaillant les traumatismes émotionnels et les abus dont nous avions été victimes durant notre enfance. Il leur avait expliqué que leur comportement lui avait fait perdre tout respect pour eux. Il s’était montré très franc, afin qu’ils comprennent combien il avait été difficile de grandir dans une atmosphère aussi malsaine, marquée par les mensonges, la haine et le mépris. »

Auteur : Carine McCandless

Année : 2015

Editeur : Arthaud

Nombre de pages : 360

Histoire : « Au mois d’avril 1990, Christopher McCandless décide de s’enfuir pour voyager seul à travers l’Amérique. Il va errer pendant deux années avant de s’installer au coeur de l’Alaska. Il ne survivra pas à cette retraite sauvage, et mourra seul dans un bus désaffecté. Son aventure, relatée par Jon Krakauer dans « Into the Wild », deviendra un bestseller mondial et sera adapté au cinéma par Sean Penn. Aujourd’hui, Chris McCandless est l’icône de tous ceux qui souhaitent se détacher d’une vie trop matérielle pour vivre en harmonie avec la nature. Plus de vingt ans après la mort de Chris, Carine, sa soeur et proche confidente, a décidé de sortir du silence et de révéler pourquoi son frère a choisi d’abandonner sa famille et ses proches pour mener cette vie dépouillée et solitaire. Dans ce livre « Into the Wild l’histoire de mon frère », Carine McCandless brise le silence et revient sur leur jeunesse dans une famille instable, à l’ombre d’un père manipulateur et violent. Convaincue que seule la vérité permet de dépasser la douleur, elle a choisi de dévoiler ce qui a poussé son frère à se retirer du monde. »

000JQui n’a jamais vu le film ou lu le livre Into the Wild ? Sérieusement ? J’avais vu le film il y a longtemps et il m’avait un peu retournée à l’époque. Ce livre, écrit par la propre soeur de Chris McCandless, je l’avais lu d’une traite. Je n’arrivais plus à décrocher. 

Bien des années après la mort de Chris, Carine McCandless décide de rétablir la vérité sur son frère. En effet, à l’époque, l’histoire de Chris avait fasciné les gens, mais il avait été aussi beaucoup critiqué pour avoir abandonné sa famille afin de vivre reclus en Alaska. Les gens ne comprenaient pas pourquoi un jeune homme qui avait tout pour réussir ait pu suivre un tel chemin, le traitant de fou et d’égoïste envers ses parents. Ces derniers n’hésitaient pas à soutenir les propos des gens lorsqu’ils traitaient Chris de fils indigne. Mais qui était vraiment Chris ? Etait-il réellement ce fils indigne, lâche et égoïste ? Dans ce livre, Carine McCandless a tenu à faire éclater une vérité bouleversante afin de faire cesser ces accusations .

La vie de famille de Carine et Chris était bien sombre, entre maltraitance physique et psychologique. Leur père était un homme violent, menteur et manipulateur. Il menait une double vie et terrorisait sa femme et ses enfants. Leur mère, quant à elle, était tout aussi tyrannique. Ils ont grandit dans la violence, l’intimidation, la peur, le mensonge, et ont également été témoins des nombreuses disputes de leurs parents. En clair, leurs parents sont vraiment atteints, ça m’a écoeurée de lire certains passages. En grandissant, Chris fera par de sa détresse auprès de ses parents qui ne le prendront pas au sérieux. C’en est trop pour lui. Après sa remise de diplôme, il décide de tout plaquer. Comment lui en vouloir après tout ce qu’il a vécu ? Il voulait fuir cette vie de famille malsaine au possible, et c’était sa façon à lui d’être libre et heureux.

Outre leur enfance chaotique, Carine dépeint également la relation forte qu’elle entretenait avec son grand frère, mais aussi ses propres échecs et déceptions, entre ses mariages ratés, la maltraitance qu’elle a subit de la part de ses anciens compagnons, les fois où elle a essayé en vain de recoller les morceaux avec leurs parents. Mais contrairement à Chris, elle n’a jamais réussi à trop en vouloir à leurs parents malgré leur négligence. Néanmoins, elle finira à son tour par couper les ponts avec eux. Carine raconte aussi le jour où elle a apprit la mort de Chris, et c’est sans doute un des passages les plus douloureux à lire. Mais elle démontre que malgré les difficultés, elle pouvait compter sur ses demi-frères et soeurs, ainsi que sur la première femme de son père, Marcia. C’est avec eux que Carine aura l’impression de faire partie d’une vraie famille.

Dans le livre nous trouvons également des photos personnelles de Chris et Carine. On ne peut que être touché par ces frère et soeur qui n’ont pas eu la vie facile et qui se sont soutenu jusqu’à la fin. 

Contrairement au livre de Jon Krakauer qui passait sous silence les abus de leurs parents, ici, Carine ne nous épargne rien. En plus de Chris et leur famille, on apprend à connaître cette femme et on s’attache à elle, on voit à quel point elle souffre de l’absence de son frère. Je pense que l’histoire de Chris laisse difficilement indifférent, et Carine a bien fait d’écrire ce livre afin de faire comprendre les sentiments de son frère et faire taire les mauvaises langues qui le blâmaient. C’est un récit émouvant et bouleversant, le cri du coeur d’une petite soeur à son grand frère disparu, que je ne peux que vous conseiller.

Capture d’écran (205)20190126_180002

 

✨ Le Dernier Magicien

13872967_896139967158242_7448116189828971258_n.png

13705159_1567575843547486_502400235_n « Oui, les voyages dans le temps comportaient des risques mais le professeur Lachlan lui avait appris que le temps était un peu comme un livre : on pouvait arracher une page, barrer un mot çà et là, le récit resterait le même, en dépit de quelques trous. Il avait toujours dit qu’il faudrait quelque chose de monumental pour modifier la fin. Comme révéler ses pouvoirs à des membres de l’Ordre, apparemment. »

Auteur : Lisa Maxwell

Année : 2018

Editeur : Casterman

Nombre de pages : 644

Histoire : « Arrêter le magicien. Voler le Livre. Sauver le futur. De nos jours à New York, les magiciens vivent terrés dans Manhattan, piégés par le Brink, une barrière d’énergie sombre inventée par l’Ordre. S’ils la traversent, ils perdent leur pouvoir, et souvent leur vie. C’est compter sans Esta, une magicienne ultra-douée qui récupère des artéfacts de l’Ordre en voyageant dans le temps. En effet, la jeune fille a le don de circuler à travers les époques. Et l’heure de sa grande mission est venue : elle doit se rendre en 1902 et empêcher un Magicien de se jeter du haut du pont de Brooklyn avec le Livre ancien contenant les secrets de l’Ordre. Esta saura-t-elle trahir le passé et ceux qu’elle aime pour sauver l’avenir ? »

000JMerci encore à Instagram pour m’avoir fait connaître ce livre. Je pense que maintenant vous savez que la plupart de mes découvertes livresques viennent de là. « Le Dernier Magicien », je voyais ce livre partout, au même titre que « Le faiseur de rêve ». Mais contrairement à ce dernier, je n’ai pas été déçue.

Esta est une Mage qui vit à New York, dont l’affinité est de manipuler le temps et d’y voyager. Elle a été élevée par le professeur Lachlan qui l’a formée à être une voleuse hors pair. Dans ce premier tome, Esta doit être téléportée à Manhattan en 1902. Le même endroit, à deux époques différentes. Sa mission est d’empêcher le dernier Magicien de disparaître avec l’Ars Arcana, un livre doté d’immenses pouvoirs qui permettra aux Mages de les libérer de leur prison. Cette prison, c’est la Barrière, une puissance magique qui empêche les Mages de quitter la ville sous peine de subir d’atroces souffrances et de mourir. Mais une fois en 1902, Esta va être bloquée dans le passé et devra tout faire pour ne pas faillir à sa mission.

J’ai beaucoup aimé Esta, c’est une jeune femme charismatique et au fort caractère, j’aime cela venant d’un personnage féminin. Lorsqu’elle va se retrouver coincée en 1902, Esta va faire la connaissance d’un chef de gang nommé Dolph Sanders ainsi que ses alliés : Viola, Nibs et Jianyu, puis Harte Darrigan, le fameux Magicien qui traîne derrière lui un lourd passé. Chaque personnage semble se cacher sous un masque, afin de survivre dans cette société. Ils vont être confronté à des gangs rivaux et plus particulièrement à l’Ordre, dont le but est d’éradiquer tous les Mages, considérés comme une menace. C’est également l’Ordre qui a mit en place la Barrière afin de faire pression sur les individus dotés de magie et de les anéantir en cas de fuite. 

L’univers en soi est donc assez sombre, et certains événements sont cruels. Esta se rend vite compte que le début du 20ème siècle à New York est une époque sinistre où règne la loi du plus fort et où les trahisons sont monnaie courante. Difficile de trouver quelqu’un à qui se fier, tout ne semble être que fourberie. Néanmoins, Esta et Harte vont devoir s’allier afin de dérober l’Ars Arcana, mais tout ne se passera pas comme prévu… Malgré cette union, on ne peut pas s’empêcher de se demander « Qui va trahir qui ? », car chacun semble agir selon ses propres intérêts. A certains moments, Esta semble perdre pied, dépassée par tous ces événements. De plus, ses voyages dans le temps peuvent avoir des répercussions sur son présent et elle en fera les frais. Les rebondissements vont s’enchaîner et nous aurons droit à des révélations fracassantes. 

J’ai trouvé l’univers à la fois intéressant et intriguant, la fiction se mêle parfaitement à l’histoire et vice-versa. La magie est omniprésente, il y a beaucoup d’action et de tensions, l’histoire a son lot de mystères et de rebondissements, je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer. On y trouve également de l’émotion, de l’humour et pas mal de joutes verbales envoyées entre Esta et Harte. Ce livre est une pépite et bien sûr que j’ai hâte de lire le prochain tome !

Capture d’écran (205)20190126_180002